C’est un mardi ensoleillé, dans une salle de classe du collège d’Etat voisin des bureaux de PAIS Ils sont tous là.

Ponctuels comme une horloge suisse, la mine réjouie. Certains ont pris congé à leur travail, d’autres se sont levés à 5h du matin pour prendre le camion qui descend de Grande Ravine à la ville avec tous les pendulaires.

Après une présentation du programme et de l’objectif de cette longue journée de travail, nous attaquons directement le vif du sujet avec le premier atelier: -quelles sont les forces de PAIS, sur quels éléments positifs de l’organisation pouvons-nous nous reposer ?Ils ont laissé leurs bêches et leurs poules, pour venir débattre du passé, du présent et du futur de PAIS. Certains sont en effet paysans, d’autres enseignants, pasteurs ou encore casecs (=syndics)

Chacun des quatre groupes formés se réunit, transpire, débat. Au bout d’une demi-heure, quatre porte-paroles viennent exposer les éléments devant l’assemblée. On commence par celui du premier groupe, qui s’est auto-proclamé “groupe excelsior”.

 Anice présente les points forts de PAIS identifiés par son groupe.

A ce stade, on se demande si les ateliers suivants – identification des faiblesses, des opportunités et des menaces pour PAIS connaîtront le même engouement, et si autant d’idées fuseront sur des sujets moins flatteurs pour l’organisation ; ils confirmeront l’une des forces relevées dans le premier atelier : « connaissance de ses limites et faiblesses » ! En effet, le comité saura relever autant d’éléments dans les facteurs négatifs, qu’ils soient endogènes (faiblesses) ou exogènes (menaces).

Parmi les menaces, on identifie l’analphabétisme des bénéficiaires, ou encore la culture assistentialiste…

Ci-contres : Eliot, Mario et Anice, respectivement président, conseiller et directeur de PAIS.

La phase suivante après cet excellent « état des lieux » réalisé par PAIS, est de trouver des stratégies et des solutions répondant à ses constats. Et surtout, de définir sa vision d’avenir et les principaux axes de son travail futur. Un petit comité se rencontrera les jours suivants pour réaliser ce travail.

Nous vous laissons avec son aboutissement :