AYA   Appui aux indiens Yanomami d’Amazonie

13, Rue des Bossons – CH – 1213 Onex / Genève
CCP 15-728614-8 / IBAN CH 26 0900 0000 1572 8614 -8 

Brésil, la violence contre les peuples indigènes s‘est intensifiée en 2022

Le 26 juillet, le Conseil Indigéniste Missionnaire – CIMI* a présenté son rapport annuel** consacré à la violence contre les peuples indigènes en 2022 : « En 2022, l’intensification de la violence contre les peuples indigènes reflète un cycle de violations systématiques et d’attaques des droits. Le rapport retrace la violence contre les peuples indigènes et présente le bilan du gouvernement Bolsonaro, marqué par des violations et le démantèlement des organes de protection et d’assistance. ».

Dans son rapport, le CIMI classe la violence en trois chapitres : violence contre le patrimoine : 1’334 cas (1’294 en 2021) ; violence contre la personne : 416 cas (355 en 2021) et violence par omission du pouvoir public : 243 cas (221 en 2021). Un total de 1’993 cas en 2022 contre 1’870 en 2021. Une augmentation de 6,57 %. Est particulièrement significative la comparaison du nombre total de cas de ces trois chapitres observés pendant les quatre années – de 2015 à 2018 – des gouvernements de Dilma Rousseff et Michel Temer : 4’666 cas, avec les 7’198 cas observés de 2019 à 2022 pendant les quatre années du gouvernement Bolsonaro. Il s’agit d’un supplément de 2’532 cas (+ 54,26 %). Dans la présentation du rapport, le président du CIMI, Dom Roque Paloschi, rappelle la cruauté de l’invasion des garimpeiros dans le territoire Yanomami : « L’or aveugle la raison… ». Un article entier (p. 23 à 32) rappelle la violence subie par les Yanomami depuis leurs premiers contacts avec la société des « Blancs ».

Le CIMI a publié une synthèse du rapport en français.

*Organisme rattaché à la Conférence Nationale des Évêques du Brésil – CNBB

**Pour accéder aux éditions antérieures (depuis 2006) cliquer > ICI

Lire l’intégralité des brèves du 29 septembre 2023