Argentine : Chronologie des informations importantes

données par le Conseil Assesseur Indigène (CAI)

pour la période juin-septembre 2010 

 

projet FGC 09-2010

17 juin 

  • Lors de cette manifestation la police a tiré sur un jeune de 15 ans, Diego Bonefoi en le tuant. Suite à cet évènement, la manifestation a pris de l’ampleur protestant à ce moment là aussi contre le meurtre du jeune Diego.
    Lors de ces protestations, deux autres hommes ont été tués par la police, à savoir, Nicolás Carrasco et Sergio Cárdenas, l’un mineur et l’autre majeur.

Ainsi, 3 personnes ont été tuées par la police lors de cette manifestation et d’autres ont été blessées.

Les forces policières se sont ensuite installées dans la zone « Barrios del Alto » à Bariloche.

19 juin

  • Suite aux évènements du 17 juin, un groupe composé de 53 adhérants parmi lesquelles se trouvaient diverses associations, organisations d’étudiants, collectifs, fondations, organisations mapuche, ecclésiastiques, politiciens et partis politiques ont convoqué le peuple de Bariloche  à se constituer en Assemblée permanente dans la salle de presse de la mairie de la ville.

Le groupe s’est appelé « Multisectorielle contre la répression  policière à Bariloche » et a donné une conférence de presse le 19 juin dénonçant la brutalité de la répression policière, exigeant la cessation de la répression policière et le retrait des forces des « Barrios Altos » où la police était encore installée, rendant responsable les autorités politiques, judiciaires et policières des faits du 17 juin et demandant une enquête, le jugement et la punition des responsables matériels et intellectuels des 3 meurtres.

8 juillet

  • Marcos Hunechullan, participant actif de la Multisectorielle contre la répression a été détenu et relâché le même jour, alors que son domicile était fouillé. La veille, il avait eu un entretien informatif avec la « Defensora del Pueblo de Río Negro » et son équipe de collaborateurs.

La police lui a demandé quel était son rôle dans la Multisectorielle, ce qui démontrait que la procédure avait une intention claire de persécution politique en sus de la supposée finalité de lui notifier une cause pénale inconnue.

Ce même jour la Multisectorielle a donné une conférence de presse.

 

 

[Haut]  

FacebooktwitteryoutubeinstagramFacebooktwitteryoutubeinstagram