L’hiver en Patagonie Argentine a été chaud 

 

 

Bonjour, les ami(e)s du MCI

“Pendant que nous profitions de l’été, l’hiver en Patagonie Argentine a été chaud en dépit du temps glacial. Je me réfère à une série événements en relation à la cause Mapuche.

 

province rio negro

 

Les usurpateurs des terres patagoniques, Benetton parmi eux, ont déployé toute la palette des moyens pour, encore une fois, essayer de les expulser de leurs terres, poursuites pénales et judiciaires, dépôts de plaintes, etc.
Ceci n’est pas nouveau, les grands propriétaires reviennent à l’assaut de temps en temps et malheureusement ils obtiennent parfois gain de cause, les paysans Mapuche n’ayant pas les moyens de faire face, même si la loi les protège.

La province de Río Negro, où le projet du CAI pour la récupération de territoires traditionnels a pu avoir un nouveau souffle depuis que le Mouvement pour la Coopération Internationale (M.C.I.) à travers la Fédération Genevoise de Coopération (FGC)le finance, n’as pas été épargnée.

Je vous avais informé, de la menace d’expulsion de leurs terres, par ordre judiciaire, du loft (familles) X dans la région de Quetrequile, par leurs usurpateurs. À cette occasion, le MCI était intervenu par courriels et téléfax auprès des différentes autorités.
Peu de temps après, deux autres familles du CAI (Villar et Antual) ont été aussi menacées d’expulsion.

J’ai été informée presque en temps réel et j’ai pu suivre les détails de toutes les démarches, grâce aux courriers électroniques.

Je vous épargne le récit des nombreuses démarches et interventions des avocats (Laura Ramos et l’équipe d’ACCESOS) auprès de toutes les instances de l’Etat national et provincial, chambre des députés comprise, ainsi que les associations de droit humain.

Plusieurs journaux, en papier et électroniques, nationaux et internationaux ont accordé aux évènements des articles importants (Página 12, Indymedia international, Argenpress, etc.).
Les communiqués de presse du CAI ont eu une large diffusion et des interviews journalistiques avec le responsable du CAI (Chacho Liempe) ont été transmises par la radio locale à l’occasion de l’Auka Trawm organisé dans le lieu du conflit, Quetrequile, les 14 et 15 août. L’Auka Trawm en langue Mapuche est l’assemblée traditionnelle (Trawm) des communautés pour résoudre les problèmes de façon collective, tandis que Auka signifie rebelle. Cette assemblée a pu se tenir sans problèmes en dépit du temps peu clément. (les nombreux participants ayant dû dormir dehors par des températures en dessous de zéro) et de la mauvaise disposition de la police à leur égard ; celle-ci au début avait tendance à criminaliser la protestation.

La détermination de la grande famille Mapuche à ne pas se laisser faire et l’action coordonnée d’ACCESOS ont abouti à freiner les expulsions. Loin de se démoraliser, ils ont profité des évènements (à la base en leur défaveur), pour informer de leur cause, attirer l’attention du grand public et pour dénoncer les pratiques perverses des grands propriétaires. Donc, des grands atouts pour la suite !
Ils ont mis en évidence qu’en Argentine, les lois qui les protègent ne sont pas appliquées (fait dénoncé lors de la réunion à l’ONU du Comité contre la discrimination raciale, en Août 2004 à Genève).

Comme quelques-uns d’entre vous le savent, la FGC a commencé à débloquer une partie du financement pour le projet.
J’ai été informée que le CAI a, à présent, un bureau à Viedma, ville depuis laquelle une grande partie des démarches administratives doit être faite. Bientôt celui de Bariloche pourra voir le jour.

Une dernière information : Laura Ramos sera à Genève pour procéder personnellement à la dénonciation des faits vis-à-vis des organisations internationales. À l’occasion, je lui proposerai de venir partager les dernières nouvelles avec le MCI. “

À très bientôt

Lidia Quiroga

 

 

[Haut]  

FacebooktwitteryoutubeinstagramFacebooktwitteryoutubeinstagram