Nouvelles de la Terre Indigène Raposa-Serra do Sol

 

Les opposants à la démarcation (la protection) de la Terre Indigène Raposa-Serra do Sol dans l’Etat du Roraima au Nord du Brésil n’hésitent pas à employer la violence pour manifester leur opinion. Une information émanant du Conseil Indigéniste Missionnaire CIMI , fait état de l’invasion, le 6 janvier au matin, de la mission de Sumuru située à l’intérieur de cette Terre Indigène, à 220 kilomètres de Boa Vista, la capitale de l’Etat.

Plus de deux cents personnes ont envahi et saccagé la mission qui abrite une école et un hôpital. Plusieurs missionnaires ont été frappés et séquestrés au cours de cette invasion. Il ne s’agit pas là d’un acte isolé.
Le même jour des barrages routiers ont empêché l’accès à la capitale où le siège régional de la Fondation Nationale de l’Indien – FUNAI, a été occupé. Les manifestants, surtout des riziculteurs et fazendeiros s’opposent à la démarcation – annoncée prochaine par le Ministre de la Justice – de la Terre Indigène Raposa-Serra do Sol. Cette démarcation en aire continue, est demandée depuis plus de trente ans par les Peuples Macuxi, Taurepang, Ingarikó et Patamona qui l’habitent traditionnellement.

L’Etat brésilien aurait dû protéger l’ensemble des Terres Indigènes du pays avant octobre 1993.

En juin 2003, le MCI a écrit au Président Lula pour demander la démarcation de Raposa-Serra do Sol.

Pour mieux connaître cette Terre Indigène, il est possible de consulter le site de l’Institut Socioambiental 

* Le CIMI est l’organe de la Conférence nationale des évêques brésiliens chargé des questions indigènes.

Bernard Comoli

 

[Haut]  

FacebooktwitteryoutubeFacebooktwitteryoutube