Une fin d’année dramatique pour le Peuple Guarani Kaiowá.

 

 

Brésil: 

Le 24 décembre 2005,

Dorvalino Rocha, leader indigène du Peuple Guarani Kaiowá a été assassiné par un agent de sécurité travaillant pour le compte d’un fazendeiro. Une victime de plus qui vient s’ajouter à la liste des trente-cinq morts indigènes dénombrés en 2005 par le Conseil Indigéniste Missionnaire (CIMI), un organisme rattaché à la Conférence nationale des évêques brésiliens (CNBB). En toile de fond, l’un des nombreux conflits de la terre.

Le 28 mars 2005,

les Indiens Guarani Kaiowá avaient obtenu la démarcation (la protection légale) de leur Terre Indigène (TI) Ñande Ru Marangatu alors qu’ils étaient sur le point d’en être expulsés à la suite d’un recours en justice de fazendeiros. Ces derniers avaient envahi cette TI de 93 km2, située sur la municipalité de Antônio João, dans l’Etat du Mato Grosso do Sul, non loin de la frontière avec le Paraguay.

Le 15 décembre,

les fazendeiros obtiennent la suspension du décret de démarcation et un juge ordonne l’évacuation de plusieurs centaines d’Indiens qui vont s’installer sous des abris précaires au bord de la route MS-384. Le Cimi a publié quelques photos de cette expulsion, on en trouvera une copie sur ce site.
Un leader assassiné, des Indiens expulsés de leur Terre démarquée par un décret présidentiel, voilà un triste épisode de la longue et douloureuse histoire des Indiens du Brésil.


Quelques photos des “ces Evenements” et du Peuple Guarani Kaiowá

Bernard Comoli
Janvier 2006

 

[Haut]  

FacebooktwitteryoutubeFacebooktwitteryoutube