Evaluation du voyage d’échange

du CDC au Brésil avec le CEDAC

 

Visite d’expérience

  • Une des principales attente, de ce voyage d’échange,était l’exposition à un pays développé pour acquérir de nouvelles connaissances, des nouvelles compétences et de nouvelles technologies qui pourraient être facilement être reproduites et adaptées au Timor. Un autre but était aussi de découvrir l’organisation de la société civile avec les problèmes auxquels elle doit faire face ainsi que ses moyens de réponse.

Durant ce mois au brésil beaucoup d’expériences en relation avec le CEDAC ont pues être visitées. La grande majorité émanant du milieu rural ayant un très bon lien avec les activités du CDC, ou présentant de bons liens avec le potentiel du Timor. Il était important de réaliser ce type de visite, car cela a développé et accrue notre vision et notre connaissance sur les différentes possibilités d’activités. L’ensemble des échanges a montré une très bonne interaction et participation des deux côtés, Brézilo-Timorais. Tout le monde a pu s’exprimer et échanger librement, bien que les difficultés de langage nous aient un peu limité. 
Il y a eu également un certain nombre de rencontres spontanées qui ont donné lieu à des petites formations et d’intéressantes perspectives.

  • Nous avons passé un grand nombre de jours à visiter des expériences, mais très peu de temps a été consacré à une formation spécifique pour développer nos capacités pour pouvoir les reproduire en rentrant au Timor. Plus de temps devrait être incorporé pour la formation ou bien même envisager un programme pour permettre à une équipe du CEDAC de venir au Timor pour faire un travail de formation avec les communautés. Nous savons que cela est difficile et c’est aussi pourquoi nous avons établis beaucoup de contacts afin d’avoir directement accès à des personnes ressources si nous nous devons faire face à un problème durant l’exécution de certaines expériences.
  • Nous avons observé que due au contexte socio économique, un grand nombre de personnes doivent trouver leurs propres et individuelles alternatives pour survivre. Une grande part de la génération des revenus vient de ressources naturelles voisines et la pour la grande majorité requérant peu de moyens et de machines. Nous avons eu beaucoup de plaisir à rencontrer des personnes intéressées à partager leurs expériences et de sentir la solidarité envers nous et envers les personnes nécessitant d’améliorer leur situation socio économique. Nous avons aussi pu voir des personnes organisées avec leur communauté et/ou en réseau pour renforcer leur voix.
  • Nous rentrons au Timor avec beaucoup de matériel, de livres, d’informations, d’artisanat. Dans un premier temps nous allons partager ce que nous avons vu et ce que nous avons appris avec le CDC afin de pouvoir sélectionner et identifier ce qui peut être appliqué au Timor. Ensuite dans un deuxième temps, nous allons socialiser cette connaissance aux communautés afin de transférer ces expériences. Nous allons aussi essayer de développer des liens directs entre les Timorais et les Brésiliens afin que tous se rendent compte qu’ils ne sont pas seul et afin d’échanger plus que des expériences d’activité mais aussi introduire une relation humaine.

 

Séminaire international d’économie solidaire

  • Le séminaire sur l’économie solidaire a été quelque chose de totalement nouveau pour nous, en terme d’évènement, mais aussi pour le thème. Même si, au Timor, il y a un grand taux de chômage, un faible marché local et des ressources économique très faible, personne ne parle encore d’économie solidaire. Les petites entreprises familiales et personnelles commencent à se développer gentiment au Timor et il serait vraiment important de socialiser et d’établir des réseaux d’économie solidaire afin de supporter et favoriser les commerces de ces personnes.
  • Ce séminaire nous appris comment des personnes venant d’horizons différents peuvent se réunir pour parler, pour réfléchir et penser collectivement à des problèmes communs. Cela nous servira de travail de référence. La méthodologie du séminaire nous a apparue très bonne pour dynamiser la participation de chacun et non pas seulement des orateurs et intervenants
  • Nous avons également eu l’opportunité de présenter, lors de la mosaïque sur la chaîne pro/somateur, des expériences timoraise réalisées ainsi que des problèmes auxquels nous faisons face. Il est important, que comme nouvelle nation les gens puissent mieux connaître notre pays. De participer à ce genre d’événement, nous donne plus d’expérience et nous rends plus confiant, c’est un bon moyen d’apprentissage, nous avons encore beaucoup à apprendre. Cependant, avec la difficulté de langue, nous avons eu du mal à tout suivre entièrement.
  • Le séminaire a été une très bonne suite à la visite des expériences, car cela a été une réflexion très concrète sur la base de l’économie solidaire. Nous allons présenter et travailler sur le rapport du séminaire pour les lier aux visites. Cela nous donne de bon outils pour le transfère à nos communautés.

 

Forum Social Mondial

Le FSM nous à présenter les problèmes sociopolitiques mondiaux dans leurs diversités et dans leurs similitudes. Nous avons aussi pue voire une variété d’activité tant artisanal que communautaire. Il est important pour nous de faire cette expérience pour mieux connaître le monde, car le Timor a relativement peu accès au modèle internationaux autres que ce qui est présenté par les UN.

On nous a aussi demandé spontanément de présenter une conférence sur la culture autonome et l’économie solidaire. Nous avons été très content, surtout que nous n’étions pas prévu comme intervenant. Nous avons pus remarquer, que pour beaucoup de pays, revenaient toujours un certains nombres de problèmes. C’est pour cela que les gouvernements devraient mobilisés leurs leaders politiques pour être présent lors du Forum. Si ce n’est pas le cas, le FSM n’aura pas la capacité et la force d’influencer une démarche pour tenter de résoudre les problèmes mondiaux.

Le Forum nous a également permis de rencontrer des personnes du monde entier et d’établir des contacts pour agrandir notre réseau. Nous avons aussi rencontré les peuples indigènes luttant pour leurs identités, ce qui nous a rappelé notre lutte pour nos droits. Mais encore une fois, le langage a été une difficulté, même si certains éventements étaient traduits en anglais.

 

Le Brésil

Nous avons découvert au Brésil une culture toute nouvelle. Nous avons vues des femmes impliquées dans la vie sociale et professionnelle. Nous avons noté l’importance de la valorisation du genre pour promouvoir l’égalité et la dignité pour une vie en harmonie. Pour le moment au Timor, les femmes sont plus tôt contraintes de rester à la maison et n’ont pas autant de libertés.

Nous nous sommes également aperçus que le chant et la danse prennent une part importante dans la vie des brésiliens.

Au Timor, ces deux sont quasiment réservés pour les cérémonies traditionnelles. C’est pour cela que les timorais ne sont pas si habitués à chanter et danser ; nous pensons que cela est important.

 

 

[Haut]  

FacebooktwitteryoutubeinstagramFacebooktwitteryoutubeinstagram